Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Au supermarché

Mascate, Sultanat d’Oman.

Dans un supermarché, des bouteilles d’eau, indispensables à la survie sous le climat omanais.

Celles de gauche coûtent 60 baizas (1 rial vaut 1000 baizas), soient 12 centimes d’euro. Les bouteilles d’Evian valent donc 0,74 euro, 6 fois plus cher.

On produit peu de denrées alimentaires en Oman. Les fruits et légumes viennent du Liban, ils sont très chers (une vingtaine d’euros pour un kilo de cerises), les fromages de France ou du Royaume-Uni. La cuisine omanaise est réduite à sa plus simple expression, on mange libanais, indien, ou « européen ». L’eau, en revanche, est omanaise, ou importée.

Cela me permet de souligner à quel point le Liban est une terre de félicité…

Dans le supermarché, beaucoup d’Indiennes, employées de maison d’expatriés ou d’Omanais, viennent faire les courses pour leur « madame ».

Il y a tout un système en Oman pour l’emploi de personnels étrangers, il semble plus régulé qu’au Liban, avec notamment un système de parrainage des immigrés, probablement à double tranchant.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2024 Libre voyageur

Theme by Anders Norén