Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Après moi, le déluge

Sultanat d’Oman.

Le Sultan Qabus ibn Said sur un billet d’un rial (environ deux euros).

Ce beau gosse de 72 ans, ex-officier britannique sorti de Sandhurst, règne sans partage sur le Sultanat d’Oman depuis 1970 et le coup d’état mené contre son propre père.

Il est à la fois Sultan et Premier Ministre d’Oman, et gouverne par décrets.

Il vient par exemple de changer il y a quelques jours la semaine omanaise qui commence désormais le dimanche (week-end vendredi et samedi) au lieu de samedi précédemment (week-end jeudi et vendredi).

Il n’y a pas de parti politique ou d’opposition ouverte dans le pays. Il n’est pas permis de critiquer le Sultan qui a considérablement modernisé le pays pendant son règne grâce à la manne pétrolière.

À Oman, tout porte son nom, mosquées, stades, rues, avenues, boulevards.

Le Sultan n’a pas d’héritier et a refusé d’en nommer un (il redoute peut-être que l’héritier désigné ne l’imite et organise un coup d’état). À sa mort, les réserves de pétrole étant déjà probablement épuisées (prédiction : 2020), ce sera très certainement la zizanie la plus joyeuse.

Le Sultan et le pays d’Oman n’ont pas de devise, ce pourrait être : « Après moi, le déluge ».

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2024 Libre voyageur

Theme by Anders Norén