Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Petra – Sur la piste d’al-Khubtha – étape 10

Petra, Jordanie.

Jabal al-Khubtha.

Rendons-nous à l’évidence, cela fait deux heures que j’erre dans cette montagne aride et je suis clairement perdu.

Je ne cesse de grimper sur les éminences rocheuses pour distinguer une voie de retour, mais tout ce qui m’apparaît, c’est un canyon large de deux cent mètres et profond d’autant me séparant de la piste d’al-Khubtha, le seul chemin possible.

J’ai cherché d’autres voies alentour, aux quatre points cardinaux, et je suppose que les chèvres empruntent une sente jusqu’au village arabe que je peux voir à une lieue de là, mais je ne parviens pas à la trouver.

Où que j’aille, je ne trouve qu’à-pics et précipices.

Analysons la situation…

Il fait 30°C, il n’y a quasiment pas d’ombre, hormis la tombe occupée par le chevrier.

Il me reste 20 cl d’eau.

Je n’ai pas de boussole fiable.

Je n’ai quasiment pas de réseau pour mon téléphone. Pas d’Internet. Ma première batterie est tombée en rade, ma seconde batterie achetée â Beyrouth afin de pouvoir faire plus de photo est à 60 %.

Je n’ai pas mangé depuis hier.

Je ne sais pas quelle est la température la nuit dans la montagne. J’ai un t-shirt, et un beau châle en tulle de coton que m’a offert ma soeur, je le porte sur ma tête pour me protéger du soleil, mais il ne fera pas des merveilles s’il fait froid.

Je n’ai pas de briquet, je ne peux pas faire de feu.

Personne ne grimpe si haut dans la montagne.

Il me faut faire appel à toutes mes ressources…

J’essaie de me rappeler des épisodes de Man vs Wild et du bouquin de Bear Grylls que j’ai (stupidement) rendu sans l’avoir fini parce que son côté boy-scout militaire m’agaçait.

Je me souviens de deux choses : bouger vite quand il fait chaud parce que la déshydratation joue contre vous, et toujours descendre, l’eau et la civilisation sont en bas.

J’ai appliqué le premier principe afin d’augmenter mes chances de trouver une solution, mais je tourne en fait en rond tout en déployant beaucoup d’énergie.

Quant au second principe, je voudrais l’y voir le Bear Grylls ! C’est tout le problème, je n’ai pas une équipe avec un hélicoptère, moi !

En désespoir de cause, j’évoque mes souvenirs de parties de Tomb Raider

Pas très utile.

Le film Buried devrait m’aider à user de mon téléphone judicieusement.

Mais ça se finit mal…

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2024 Libre voyageur

Theme by Anders Norén