Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Nouvelle Europe

Gibraltar, Territoire d’outre-mer contesté du Royaume-Uni.

Au fait, pourquoi ai-je écrit « contesté » ?

Revenons dans le temps…

La succession à la couronne d’Espagne

En 1700, le roi d’Espagne, Charles II de Habsbourg, dit « l’Ensorcelé », issu de multiples mariages consanguins (son taux de consanguinité était identique à celui de l’enfant d’un père avec sa fille), épileptique, syphilitique de naissance (par contamination de sa mère), intellectuellement débile, incapable de marcher avant l’âge de 8 ans, parlant avec difficulté du fait de son prognathisme habsbourgeois, et de surcroît totalement stérile, meurt donc sans descendant.

C’est le dernier des Habsbourg d’Espagne.

Deux familles ont dès lors des droits au trône : les Habsbourg d’Autriche et les Bourbon de France.

Par testament, Charles II avait institué le petit-fils de Louis XIV, Philippe d’Anjou, un Bourbon donc, comme héritier de la couronne.

Louis XIV décide d’accepter le testament et déclare que son petit-fils est roi d’Espagne sous le nom de Philippe V.

La France et l’Espagne unies, avec leurs empires coloniaux, représentent une menace par trop formidable pour les autres puissances européennes : la Guerre de succession d’Espagne est déclarée en 1701.

La guerre de succession d’Espagne

Elle opposera pendant 13 ans toute l’Europe, Autriche, Angleterre, Saint-Empire, Provinces-Unies (Pays-Bas espagnol) et les royaumes et principautés allemandes et italiennes contre la France et l’Espagne.

En 1704, une escadre anglo-néerlandaise s’empare de Gibraltar, acquérant ainsi un avantage décisif en empêchant le passage du Détroit à la flotte française. Les Français échouent à reprendre le Rocher en 1705.

En 1713, les belligérants épuisés et ruinés par la guerre parviennent à un accord de paix en signant une série de traités de compromis à Utrecht aux Pays-Bas.

Les traités d’Utrecht

Les conditions sont les suivantes :

– Philippe V conserve le trône d’Espagne (le roi actuel, Phillipe VI, ou Felipe VI comme disent les Ibères, est son descendant et celui de Louis XIV, c’est donc un Bourbon) ;

– le roi de France, ses parents et descendants (hors le duc d’Anjou) renoncent à jamais prétendre au trône d’Espagne ;

– Philippe V et ses descendants renoncent à jamais prétendre au trône de France ;

– la France conserve les conquêtes de Louis XIV (Flandre française, Roussillon, Lille, Artois, Franche-Comté, Alsace) ;

– en Amérique, elle cède l’Acadie (ce qui entraînera plus tard la tragédie de la déportation des Acadiens français) à la Grande-Bretagne, et lui rend Terre-Neuve et la baie d’Hudson ;

– la France perd l’Asiento, le monopole du commerce entre l’Europe et les colonies espagnoles d’Amérique au profit de l’Angleterre ;

– la France concède quelques territoires au royaume de Savoie et acquiert Barcelonette ;

– enfin, l’Espagne cède la propriété, et non la souveraineté, de Minorque et de Gibraltar à l’Angleterre.

L’Espagne et Gibraltar

Pendant la Guerre d’Indépendance américaine, l’Espagne alliée de la France et des rebelles américains contre la Grande-Bretagne tentera en vain de reprendre Gibraltar par un siège qui durera 3 années.

De 1968 à 1985, Franco fit fermer la frontière entre l’Espagne et Gibraltar. Encore aujourd’hui, les autorités de Madrid exigent la restitution du Rocher.

Les conséquences

Le congrès d’Utrecht à la sortie de la Guerre de succession d’Espagne changea la face de l’Europe, modifiant les rapports de force pour les siècles à venir.

Les Pays-Bas, leurs finances épuisées, perdirent la supériorité maritime commerciale que l’Angleterre leur ravit. La puissance britannique se développa en Amérique et son économie devint florissante, lui permettant de financer leurs alliés continentaux dans les guerres des 18e et 19e siècles.

La France demeurait la plus grande puissance européenne, quoique sévèrement affaiblie par le coût de la guerre. Sa suprématie navale n’est plus qu’un souvenir, mais elle y gagne une alliance solide avec l’Espagne.

L’Espagne fut dès lors réduite à un second rôle en Europe, se concentrant sur son empire colonial.

L’Autriche devint une grande puissance, les états allemands se réorganisèrent avec une émergence de la Prusse. Une nouvelle Europe était née qui allait régner sur le monde.

L’Asiento

Un dernier mot sur « l’Asiento« .

L’Asiento était un contrat de monopole accordé par le roi d’Espagne, octroyant à son détenteur les droits exclusifs de commerce entre l’Europe et les Amériques espagnoles.

En pratique, seul le trafic d’esclaves africains était rentable.

Quand l’Angleterre l’obtient à Utrecht, elle le concède à une société privée, la Compagnie des mers du Sud (South Sea Company).

La Compagnie des mers du Sud gère mal le trafic d’esclaves et ne parvient pas à développer son activité commerciale. Elle décide alors de se lancer dans la spéculation et l’achat des dettes d’État. Utilisant des informations d’initiés, la corruption de fonctionnaires et faisant miroiter les profits mirifiques du commerce transatlantique, ses dirigeants firent artificiellement monter les cours, créant la Bulle des mers du Sud.

Quand la bulle éclata, des milliers d’actionnaires furent ruinés, et l’économie britannique fut sévèrement affectée.

C’était en 1720, il y a près de 3 siècles.

Les Krachs boursiers, ça n’a rien de nouveau, ça a toujours accompagné les développements du capitalisme.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2020 Libre voyageur

Theme by Anders Norén