Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Vive le coprince Emmanuel !

Andorre-la-Vieille, Principauté d’Andorre.

La petite capitale de la modeste (mais pas humble) principauté d’Andorre, nichée dans une vallée cachée aux creux des Pyrénées.

Andorra-la-Vella (« la Ville » en catalan, la langue officielle du pays, et non « la Vieille » ainsi que le français le traduit) n’est point si laide qu’on le dit.

C’est effectivement un marché où l’on trouve alcools et prix à faible prix, vêtements et accessoires de marque à moindre coût, mais c’est aussi lorsque l’on chemine dans la vieille cité, un genre de village de montagne au charme désuet.

Ce sont les hasards de l’Histoire qui ont fait le statut particulier de ce minuscule état à la frontière de la France et de l’Espagne.

Les vallées d’Andorre étaient déjà connues à l’époque de Charlemagne qui d’après la légende en chassa les Maures. Terres du comte d’Urgell, elles devinrent un fief partagé entre l’évêque d’Urgell et les seigneurs catalans de Caboet.

Par des mariages, le comte de Foix finit par hériter de la terre, toujours en indivision avec l’évêque d’Urgell.

Après une série d’unions dynastiques, le comté de Foix échoit finalement aux rois de Navarre. La dernière héritière du royaume, Jeanne d’Albret, épouse Antoine de Bourbon, descendant de Saint-Louis et cousin extrêmement lointain des rois Valois. Leur fils Henri III devient le premier roi Bourbon de Navarre.

Tous les Valois meurent les uns après les autres, et le huguenot Henri III de Navarre devient roi catholique de France, après une messe, sous le nom d’Henri IV, dit le Grand.

Le roi de France est alors prince d’Andorre, toujours en cosuzeraineté avec l’évêque d’Urgell.

En dépit de quelques épisodes, tels que l’annexion à l’Empire de Napoléon de 1812 à 1814, et la proclamation en 1934 d’une monarchie avec à sa tête un aventurier russe, Boris Ier (lisez donc cette extravagante histoire), pendant une semaine, l’Andorre est demeurée dans l’escarcelle partagée des dirigeants français, qu’ils fussent rois, empereurs ou présidents de la République.

Le coprince episcopal d’Urgell est aujourd’hui Joan-Enric Vives i Sicília.

Le coprince français est désormais Son Excellence Emmanuel Ier Macron.

Vive notre bon prince, et la coprincesse Brigitte !

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2020 Libre voyageur

Theme by Anders Norén