Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Lampègia, princesse de la paix et de l’amour

Llívia, enclave de Llívia, Royaume d’Espagne.

Sur la terrasse d’un café, en catalan : « En mémoire de Lampègia, princesse de la paix et de l’amour ».

En 730, à l’époque de l’Émirat de Cordoue, le Berbère Munuza Utaman Abu Nasar, ex-compagnon du conquérant de l’Espagne, Tariq ibn Ziyad, commande depuis Llívia les troupes musulmanes de Cerdagne et de l’ensemble des Pyrénées.

Il épouse Lampègia, la très belle fille d’Eudes, duc d’Aquitaine et de Vasconie, un Vascon (Basque), chrétien lui-même.

En 732, refusant de prendre les armes contre les Chrétiens, Munuza est contraint de fuir vers les terres de son beau-père, mais il est rattrapé et tué par les troupes omeyyades. Sa tête coupée sera envoyée au général Abd al-Rahman comme trophée.

Lampègia est pour sa part emmenée à Damas pour y parer le harem du Calife.

La même année, Abd al-Rahman traverse les Pyrénées à Roncevaux, avance comme l’éclair et prend Bordeaux, décimant l’armée d’Eudes d’Aquitaine.

Le duc d’Aquitaine appelle à l’aide son ennemi Charles Martel, Maire du Palais de Neustrie et d’Austrasie.

Les deux armées franque et aquitaine affrontent les Musulmans à la fameuse bataille de Poitiers, Abd al-Rahman y sera tué et l’ost arabo-berbère massacré.

Cet épisode marque la fin de l’avancée musulmane en Europe occidentale, et renforce le pouvoir de Charles Martel, dont la dynastie, les Carolingiens, s’emparera de la couronne de roi des Francs.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2020 Libre voyageur

Theme by Anders Norén