Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Le naufragé du « A »

Macapá, capitale de l’État de l’Amapá, Brésil.

Le monument du Point Zéro (Marco Zero) qui marque la ligne de l’équateur.

Aux équinoxes de printemps et d’été, le soleil se lève et se couche précisément sur cette ligne.

Dans sa continuité sont disposées, d’une part un stade de football où les joueurs évoluent dans l’hémisphère nord ou sud selon le côté où ils se trouvent, de l’autre l’avenue de l’équateur, qui suit la ligne équatoriale sur près de deux kilomètres.

La matérialisation de cette ligne imaginaire me rappelle les histoires en bandes dessinées de Philémon, par le génial Fred, qui narraient les aventures de son héros dans les îles constituées par les lettres des mots « Océan Atlantique ». Les personnages poétiques qui l’accompagnaient dans ses découvertes, tels Barthélémy, le naufragé du « A », le centaure Vendredi, l’âne Anatole ou les farouches manu-manu, mains géantes faisant offices de montures, résonnent encore dans ma mémoire.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2020 Libre voyageur

Theme by Anders Norén