Libre voyageur

Flâneries indiscrètes dans un vaste monde

Chinatown, la misère photogénique

San Francisco, Californie, États-Unis d’Amérique.

Chinatown.

La ville chinoise de San Francisco est la plus ancienne hors d’Asie, les premières installations datant de 1848.

La visite de Chinatown est un classique du tourisme san-franciscain, mais si l’on prête un peu plus d’attention aux choses, on remarque des aspects plus sombres… Ainsi, il paraît très vite évident que les habitants sont particulièrement âgés : on voit partout des vieillards attelés à des chariots, occupés à des activités pénibles.

Et puis, au-delà des rues colorées décorées de lampions, il y a ces allées où le linge pend aux fenêtres, dans les escaliers de secours, donnant aux lieux un air de bidonville asiatique bien plus que de cité américaine moderne.

N’en déplaise aux touristes en goguette, les chiffres sont clairs : la densité à Chinatown y est sept fois celle de San Francisco, la population y est de loin la plus âgée de la ville, la pauvreté endémique, le salaire moyen étant le quart de celui de leurs voisins, et moins de 15 % des locaux parle anglais.

Enfin, deux-tiers des résidents vivent de manière permanente dans des hôtels miteux, les SRO (single room occupancy), tenus par des marchands de sommeil, où toilettes et douches sont partagées.

Chinatown, c’est la misère photogénique.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2020 Libre voyageur

Theme by Anders Norén